Vous êtes ici

A quoi sert un cabinet de conseil en innovation ?

Publié le 30/08/2017 dans Missions
Missions

Quasi inexistant il y a encore vingt ans, le métier de conseil en innovation s’est largement développé ces dernières années en France, accompagnant la prise de conscience grandissante du lien entre innovation et compétitivité des entreprises.

 

Quels sont les métiers d’un cabinet de conseil en innovation ?

 

Ce métier regroupe des sociétés de services privées capables d’apporter des prestations de conseil autour d’une partie ou de l’ensemble des sujets suivants :

- Les financements publics de la Recherche et Développement et de l’innovation (RDI), via notamment les appels à projets nationaux, lancés par l’ANR, BPIFrance, l’ADEME, les Ministères…, ou européens lancés par la Commission européenne (programme H2020)

- Le financement privé, à travers des missions de levées de fonds et de mise en relation avec des investisseurs (Capital Risque, Capital Investissement, …)

- La fiscalité de l’innovation, visant à encourager les entreprises à réaliser des investissements de R&D, à travers les dispositifs nationaux du Crédit impôt recherche – CIR, du crédit impôt Innovation – CII - et du statut de Jeune Entreprise Innovante – JEI

- Les Politiques publiques de l’innovation ou de « marketing territorial », dont les missions consistent par exemple à accompagner les pouvoirs publics dans leur stratégie régionale d’innovation (Conseils Régionaux) ou un pôle de compétitivité dans sa stratégie de « networking » à l’international, ou encore d’évaluer l’impact d’une politique publique d’innovation spécifique

- Le marketing de l’innovation, ou comment vendre un produit le plus efficacement possible (choix du marché, fabrication propre ou sous-traitance pour une entreprise, positionnement concurrentiel, élaboration d’un business plan etc.), ou mieux valoriser ses brevets

- La stratégie organisationnelle de l’innovation, visant à définir la meilleure structuration interne pour « plus ou mieux innover », ou à établir une stratégie d’open innovation d’une société et d’élaborer une feuille de route à moyen terme

- Droit et innovation, ou comment protéger sa R&D, en particulier lorsque plusieurs parties y ont contribué

 

La majorité de nos prestations s’adresse ainsi directement à des entreprises, à l’exception du marketing territorial.

 

Nos missions consistent à répondre à ce type de questions :

Comment internationaliser ? comment exporter ? comment recruter mon responsable innovation ?

  • Je suis un pôle de compétitivité, comment favoriser l’émergence de projets FUI ? comment faire participer efficacement mes membres aux programmes de recherche européens ? aux programmes d’investissement d’avenir ?
     
  • Je suis une start up, comment concilier financements publics et manque de fonds propres ? Comment optimiser et sécuriser mon Crédit impôt recherche alors que j’ai déjà une aide de BPIfrance ?
     
  • En tant que Ministère, comment évaluer le travail des pôles de compétitivité ?
     
  • En tant que Conseil Régional, comment analyser et mettre en place une stratégie régionale de l’innovation pour favoriser la compétitivité des entreprises sur mon territoire? Comment effectuer une veille efficace sur les programmes de financement publics de l’innovation ? comment faire émerger une démarche d’eco-innovation dans ma PME ? Comment mettre en œuvre une stratégie en organisation de l’innovation efficace et rapprocher les services marketing, veille, production et innovation dans un grand groupe industriel ? comment digitaliser mon offre ? comment créer un écosystème favorable de l’innovation autour de moi ? comment générer de nouvelles idées au sein de ma structure ? je veux élaborer une feuille de route innovation, comment m’y prendre ?
     
  • Je cherche à faire des partenariats avec des pépites possédant certaines compétences spécifiques : comment les identifier ?
     

La liste n’est naturellement pas exhaustive. Toutes ces questions donnent vie au sein de Efficient Innovation à près de 600 missions chaque année auprès de plus de 500 entreprises.  

 

Quelles compétences possède un consultant en innovation ? Le rôle essentiel de la formation

 

Le métier de conseil en innovation rassemble des consultants multi-tâches, généralement de formation scientifique, et très souvent formés « sur le tas » dans un premier temps par les créateurs de l’entreprise de conseil eux-mêmes, puis avec le temps par les ex-jeunes consultants devenus seniors.
Ce métier implique ainsi non seulement une bonne connaissance de l’entreprise, mais également de l’écosystème public et para-public de l’innovation.

Or celui-ci s’est considérablement densifié ces dernières années, avec la création des pôles de compétitivité il y a une dizaine d’années,  la création de différentes structures lancées dans le cadre des investissements d’avenir (SATT, Idex, labex, IEED, IRT…),la création de BPIFrance (suite d’OSEO, issue de la fusion Anvar, BDPME et Sofaris), agences régionales d’innovation, clusters, Ademe, ANR, Institut Carnot, Réseau Curie, DGCIS, MESR… et naturellement les entreprises, acteurs centraux de l’éco-système de l’innovation, vers lesquels la majorité des efforts des organisations pré-citées se tournent.
 

Face à la multiplication de ces acteurs et face à la complexité des défis imposés par la mise en place d’une démarche d’innovation efficace et durable, le métier de cabinet conseil en Innovation a trouvé progressivement sa place en apportant des services relativement larges aux différentes structures existantes.
 

Les nombreux changements ont provoqué chez l’ensemble des acteurs de la chaîne de l’innovation des besoins nouveaux, nécessitants des services aussi variés que l’ingénierie financière (cf les programmes d’investissements d’avenir, mêlant subventions et investissement d’Etat, ou l’articulation entre CIR et projets publics financés), la veille technologique, les études de marchés, le marketing, la sociologie, ou la propriété intellectuelle.
 

Ces compétences transversales nécessitent des besoins en formation particuliers. C’est la raison pour laquelle un certain nombre d’écoles et d’Universités ont lancé des cursus spécifiques - Master « Gestion de l’Innovation » - telles que l’université de Cergy-Pontoise, l’ISTIA à Angers, l’UTC, La Sorbonne, Paris Dauphine…
Les consultants de Efficient Innovation interviennent par ailleurs régulièrement dans un certain nombre de ces écoles.

 

Un métier plein d’avenir

L’avenir de notre métier est plein de promesses…mais de nombreux chantiers restent à mener :

– Continuer à renforcer la coopération entre structures publiques, parapubliques et privées, autour de l’innovation

Poursuivre la dynamique de l’innovation, notamment à travers des services émergents visant à développer la compétitivité des PME françaises : aide à l’internationalisation des innovations, meilleure prise en compte de la dimension de la propriété intellectuelle, innovation sociale, open innovation, eco-conception, innovation dans les services…
 

On estime à ce jour à plus de 500 jeunes diplômés le nombre de recrutements effectués par nos entreprises et par les structures publiques d’accompagnement chaque année sur notre métier.

Depuis notre création en 1998, nous avons d’ailleurs créée au sein de Efficient Innovation 75 emplois (10 à 15 recrutements par an depuis 4 ans), ouvert une « Innovation Academy » qui établit un parcours de formation pour nos consultants (jeunes et moins jeunes), généré un groupe de travail sur l’éthique dans notre métier, initié l’association des cabinets conseil en 2008 (ASCOFI, devenue depuis ACI avec sa fusion avec l’UNATRANTEC en 2012).

Ces différentes initiatives ont permis de faire connaître et reconnaître le bien-fondé et l’utilité de notre savoir-faire
 

Par Nicolas Bonnet, directeur associé chez Efficient Innovation